Le Notre Père nous remémore ce qui est inscrit dans la Bible : l'accomplissement de la création dans l'union du spirituel et du matériel, nos deux sources de vie.

Ce n'est pas seulement une manière de prier mais encore l'indication des lignes directrices pour mener notre vie quotidienne et celle de la société des Hommes. 

Loin de l'angélisme et de la crédulité des petits esprits, ces préceptes ne sont pas énoncés pour obtenir maints privilèges personnels et n'ont rien d'un mode d'emploi pour établir une liste à déposer au pied du sapin de Noël. 

Examinons ensemble ce que peut signifier le titre de cet écrit. 

La caricature que les républicains ont donnée depuis plus de deux siècles de la gestion sociétale est le plus sûr exemple du grand guignol qu'ils ont mis sur pied en transformant la "politique" en un énorme marché de privilèges, de détournement de fonds, de mensonges et de menées honteuses. 

Or, la Politique se devrait d'être l'art majeur, par excellence, celui qui permet de conduire les peuples au mieux de leur intérêt familial, social et spirituel dans une osmose dont la paix serait le prix. 

Le premier rôle du père est d'être géniteur, celui qui donne la vie, dire "Père" à Dieu c'est dire qu'il est notre créateur. 

Son deuxième rôle est de donner la loi. Il élève son enfant en le guidant avec des limites, des autorisations et des interdictions, c'est à ce prix que s'acquiert la liberté et non l'anarchie. 

Être libre c'est signifier que l'on a d'abord acquis la connaissance des limites régissant le matériel et que l'on peut donc s'occuper de l'essentiel de notre vie : la spiritualité.

Être libre nous permet de réfléchir au sens de la vie que Dieu nous a donnée, de l'organiser sur cette Terre qu'Il nous a confiée sur la base de cet Amour infini qu'Il nous dispense en permanence, en connaissant nos fautes, nos errements... bref, en construisant sur la Terre comme au Ciel : le Royaume de Dieu. 

La république est un péché monstrueux parce qu'elle s'est attribuée le rôle de "père du peuple", elle est un père indigne qui ne conduit pas ses enfants dans la voie naturelle que Dieu nous a montrée, celle où se construit un individu équilibré : dans la famille, composée d'un homme et d'une femme auprès desquels l'enfant comprendra le sens de la vie, de la nature et de la société parce que tout ce qui nous entoure est ainsi constitué depuis la nuit des Temps. 

La république est une aberration parce qu'elle conduit traîtreusement le peuple à sa perte en lui faisant accroire que l'individu est libre de lui-même et qu'il peut tout faire sans références à qui ou à quoi que ce soit. Souvenez-vous de ces autres "révolutionnaires " aux petits pieds qui, en 1968, disaient : "il est interdit d'interdire"...ils sont aujourd'hui au pouvoir et se sont empressés de barder notre société d'interdits de toutes sortes ! non seulement ils pensent (si j'ose écrire ce mot !) faux mais ils amènent les individus sur un chemin qu'ils hérissent de pièges divers puis les punissent, d'abord par l'impôt surévalué, puis par la coercition et enfin par un système dictatorial qui les prive de toute existence personnelle. 

Si l'on en appelle à l'intelligence humaine, le peuple n'a pas besoin d' être gouverné, un père est maître dans sa famille qui saura toujours par amour comment mener ses affaires et guider ceux qui l'entourent au mieux de leurs intérêts filiaux, exactement comme un Roi qui serait le père de son peuple parce qu'il se conforme à la loi divine à lui transmise par l'onction transcendantale du sacre. A cet instant-là il reçoit la plus haute mission confiée à un homme : la paternité politique. A cet instant-là s'éclairent des pensées telles que : "ce qui est en haut est comme ce qui est en bas", ou encore "que votre volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel", alors la mission devient "règne" (et non présidence), par la puissance (et non la contrainte) et la gloire (et non le décompte des voix électives) on se retrouve, pour ceux qui un jour ont levé les yeux, dans un monde véritablement lumineux et fraternel où chaque individu participe à l'œuvre commune pour transformer notre monde d'en bas en Royaume de Dieu comme le monde d'en haut (celui d'où sont exclus les haines, les calculs, les conflits, la misère et la désespérance). 

C'est seulement dans ce cas de figure que nous aurons uni le spirituel et le matériel et que nous retrouverons le paradis perdu, sur Terre. 

Sonja G

logo facebook